Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître L’agriculture du Sénégal sous la colonisation de Ismaïla Diop (...)

Vient de paraître L’agriculture du Sénégal sous la colonisation de Ismaïla Diop chez L’Harmattan

Le 1er février 2017 à 18h30

Vient de paraître L’agriculture du Sénégal sous la colonisation de Ismaïla Diop chez L’Harmattan, "Harmattan Sénégal", 2017, 218 p. ISBN : 978-2-343-11129-2 Prix : 22,33 € (existe aussi en version numérique).

L’agriculturesénégalaise, à la fin du 19ème siècle, repose essentiellement sur des produits de cueillette. L’introduction de l’arachide au Sénégal au début du 20ème siècle révolutionne le paysage agricole. La France décide alors de faire du Sénégal une colonie arachidière. Grâce à une bonne gestion du secteur et un encadrement technique et administratif adéquat des populations, le Sénégal est devenu la troisième puissance arachidière du monde après les États-Unis et l’Inde.
Cependant, la monoculture minière et extensive de l’arachide aboutit à un déficit vivrier chronique, une dégradation des sols, une dépendance vis-à-vis des importations de riz en provenance de l’Indochine (Cambodge surtout) et de la Thaïlande.
Pour remédier à cette malédiction arachidière, le rapport de la mission Roland Portères de 1952, qualifié de Bible par le gouverneur du Sénégal, recommande des mesures d’aménagement du territoire, de restauration des sols, de promotion de l’agriculture intégrée sérère."

Né à Saint-Louis du Sénégal, Ismaïla Diop est ingénieur d’agriculture, diplômé de l’École Nationale d’Agriculture de Grignon (spécialisé en statistiques agricoles). Il fut successivement : chef de la division de la documentation, des statistiques et de la planification à la Direction de l’agriculture, directeur général de la Société nationale de tomate industrielle (SNTI), directeur de l’Institut national de développement rural (INDR) actuel ENSA de Thiès. Professeur associé en agroéconomie à l’École supérieure d’agronomie (ESA) de l’université de Lomé (Togo), il est également consultant à la FAO.