Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale d’Alain (...)

Vient de paraître L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale d’Alain Testart chez Gallimard

Le 6 mars 2018 à 12h05

Vient de paraître L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale d’Alain Testart chez Gallimard, "Bibliothèque des Sciences humaines", 2018, 384 p. ISBN : 9782070196883 Prix : 27 €.
Nouvelle édition révisée et complétée par Valérie Lécrivain de L’esclave, la dette et le pouvoir


"L’institution de l’esclavage est une reprise complétée et actualisée d’un ouvrage qu’Alain Testart, décédé en 2013, avait publié sous le titre L’esclave, la dette et le pouvoir, en 2001, aux Éditions Errance.
La définition de l’esclave a toujours été incertaine et le statut de ce que l’on met sous ce nom a beaucoup changé selon les temps et les lieux. Mais il reste toujours un exclu : exclu de la cité dans les sociétés antiques, exclu de la parenté dans les sociétés lignagères, exclu en tant que sujet dans les sociétés monarchiques. C’est l’exclusion d’une des relations sociales tenues pour fondamentales par la société qui distingue l’esclave des autres formes de dépendance et d’asservissement.
Sous l’esclavage, gît donc la question du pouvoir. Il y a, pour l’auteur, un lien direct entre l’esclavage et l’émergence de l’État, qui s’arroge le monopole des esclaves, vis-à-vis des pouvoirs concurrents, de tout ordre, économique ou non. D’où la constatation, bien documentée, que c’est dans les sociétés les moins centralisées et les moins hiérarchisées, en principe les moins oppressives, que se rencontre la pire condition de l’esclave. Et l’inverse : c’est dans les sociétés les plus autoritaires et despotiques que la condition de l’esclave semble la moins défavorable.
Alain Testart est un des rares anthropologues qui disposent d’une culture aussi étendue, largement comparative. Cette nouvelle édition, établie par sa collaboratrice, Valérie Lécrivain, ajoute à l’ancienne un article inédit qui permet de préciser les thèses de l’auteur. Elle fait de ce livre d’il y a plus de quinze ans un livre neuf, plus adapté aux connaissances et aux sensibilités contemporaines."