Accueil > Actualités ultramarines > Appel à contribution : Mélanges offerts au professeur Serge Mam Lam (...)

Appel à contribution : Mélanges offerts au professeur Serge Mam Lam Fouck

Le 17 mai 2018 à 10h09

Appel à contribution : Mélanges offerts au professeur
Serge Mam Lam Fouck

Jean Moomou et Isabelle Hidair-Krivsky (dirs.), Penser les identités
culturelles et les dynamiques dans les Guyanes. Mélanges offerts à l’historien
Serge Mam Lam Fouck



Les propositions d’articles en français, d’une longueur de 200 mots, suivies d’un court Curriculum Vitae, seront à adresser au plus tard le 30 juin 2018.

"Après quarante-cinq ans d’activité de recherche, commencée à l’université Paul Valéry de Montpellier, poursuivie à l’université de Paris Nanterre, à l’Université des Antilles et de la Guyane, et qui s’est achevée l’Université de Guyane, Serge Mam Lam Fouck, en position de retraité depuis 2015, est donc entré dans une nouvelle phase de sa vie.
C’est l’occasion pour nous, ses collègues et ses anciens étudiants, en collaboration avec les laboratoires de recherches (AIHP-GEODE, MINEA ET CRILLASH), de lui rendre hommage en évoquant l’itinéraire du chercheur et sa contribution à la connaissance de l’histoire de la Guyane française. Avant que ne débute au cours des années 1970 son travail d’historien, l’histoire de la Guyane (à l’exception de chercheurs comme Jean-Marcel Hurault, Pierre et Françoise Grenand ou encore Marie-José Jolivet) a été particulièrement l’œuvre de chroniqueurs (écrivains, administrateurs, instituteurs ou médecins de leur état), dont l’approche est largement redevable à l’anecdote. C’est dire que le champ de la recherche couvrant le territoire était alors très peu investi. Aussi fait-il œuvre de pionnier en défrichant les terres de l’histoire économique et sociale, avant de s’intéresser plus particulièrement à l’histoire politique et culturelle. La stratégie politique et culturelle de l’assimilation, qu’il va explorer, lui ouvrira des nouvelles perspectives de recherche. Elles révèleront les similitudes politiques que la Guyane française a en partage avec les Antilles françaises et la Réunion. Ces perspectives lui permettront en même temps l’analyse des singularités de l’espace guyanais, lesquelles l’enracinent dans les dynamiques démographiques et culturelles des écosystèmes du continent sud-américain, en particulier dans celles du Plateau des Guyanes.
Des pistes de recherche ouvertes par le professeur Serge Mam Lam Fouck, nous aimerions privilégier, dans les Mélanges qui lui sont offerts, la question des identités culturelles et sociopolitiques. Ce qui ne manque pas de frapper, en particulier, nos collègues venus renforcer les équipes de chercheurs de l’Université des Antilles et celles de l’Université de Guyane, c’est l’ignorance de soi-même, couplée à celle des peuples formés sur l’ensemble du Plateau des Guyanes, dans laquelle a été construite la société de la Guyane française."



Axes de réflexion
Axe 1 : Histoire, territoires et constructions identitaires
Axe 2 : Littérature, arts et expressions des imaginaires
Axe 3 : Etats et question du plurilinguisme et/ou de la multiculturalité
Axe 4 : Enjeux éducatifs et insertions
Axe 5 : Mise en valeur des territoires : mobilité spatiale, circulations, problématiques transfrontalières

Les propositions d’articles en français, d’une longueur de 200 mots, suivies d’un court Curriculum Vitae, seront à adresser au plus tard le 30 juin 2018 à Moomou Jean (jeanmoomou@gmail.com) et à Hidair-Krivsky Isabelle (isabelle.hidairkrivsky@gmail.com).
Le comité scientifique étudiera et validera les propositions d’articles, le 10 septembre 2018. Les articles acceptés (40.000 signes) sont à envoyer avant le 10 Janvier 2019. La sortie de l’ouvrage est prévue en juillet 2019.

Comité scientifique de l’ouvrage
Anakesa Apollinaire (ethnomusicologue, professeur des universités, Université des Antilles),
Blérald Monique, professeurs des universités en langues et cultures régionales, Université de Guyane,
Collomb Gérard (anthropologue, IAC-LAIOS, CNRS/EHESS, Paris),
Cottias Myriam (historienne, directrice de recherche au CNRS/EHESS, Paris),
Dumont Jacques (historien, professeur des universités, Université des Antilles, Guadeloupe),
Dupuy Francis (anthropologue, professeur des universités, LISST/CAS, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès),
Grenand Pierre (anthropologue émérite, IRD),
Hidair-Krivsky Isabelle (anthropologue, maître de conférences-HDR, Université de Guyane),
Mattos Hebe (historienne, Directrice du LABHOI, professeur à l’Universidade Federal de Juiz de Fora et à l’Universidade Federal Fluminense, Brésil),
Milia-Marie-Luce Monique, (historienne, maîtresse de conférences, Université des Antilles),
Moomou Jean (historien, maître de conférences, Université des Antilles, Guadeloupe),
Nicolas Thierry (géographe, maître de conférences, Université de Guyane),
Pérez Berta E. (anthropologue, Investigadora Asociada Titular à IVIC, Venezuela),
Regourd François, (historien, maître de conférences, Université Paris Nanterre, UMR
Mondes américains).
Sabine Inga (maître de conférences en linguistique, Université de Guyane),
Salomon Emmanuels (sociologue, Université Anton de Kom, Paramaribo),
Sicking Louis (maître de conférences en histoire médiévale et moderne à l’université de Leyde et professeur d’histoire du droit international public à l’Université libre d’Amsterdam),
Vidal Laurent (historien, professeur des Universités, Université de La Rochelle)

Un grand et chaleureux à Jean Moomou pour nous avoir signalé cet important appel à contribution !