Accueil > Actualités ultramarines > Appel à communication pour la Commémoration du 50e anniversaire de la (...)

Appel à communication pour la Commémoration du 50e anniversaire de la disparition de Maître Lamine Guèye

Le 20 juin 2018 à 22h34

Appel à communication pour la Commémoration du
50e anniversaire de la disparition de Maître Lamine Guèye
« Maître Lamine Guèye, Itinéraire panafricain (1891-1968) »

Dakar, les 13 et 14 novembre 2018



Délai de soumission des propositions de communication en français et en anglais : 30 juin 2018

"Maître Lamine Guèye s’est éteint, à Dakar, le 10 juin 1968, à l’âge de 76 ans. Ce jour-là, le Sénégal perd le premier président de son Assemblée nationale. Sa disparition survient au moment où la jeune république est confrontée à un mouvement social sans précédent.
Cinquante années après, lorsque les soixante huitards se souviennent, ils ne peuvent oublier que la même année, le Sénégal a aussi pleuré Serigne Falilou Mbacké et Maître Lamine Guèye. L’Association pour la Pérennisation de la Pensée et de l’Œuvre du Président Lamine Guèye , dans sa volonté d’honorer la mémoire de l’illustre disparu, de mettre en lumière ses multiples facettes et de valoriser son héritage, a pris l’initiative d’organiser un certain nombre de manifestations dont un colloque et une exposition à Dakar, les 13 et 14 novembre 2018, sous le thème : « Maître Lamine Guèye, Itinéraire panafricain (1891-1968) »."



Le colloque se décline à travers des communications en plénières et en un Forum ouvert aux acteurs et témoins éventuels des différentes étapes de la vie de Maître Lamine Guèye, autour de cinq axes :

Axe 1 : Maître Lamine Guèye, le témoin de son temps
Lamine Guèye n’a certes pas beaucoup écrit, (un livre, une thèse et des articles de journaux) il n’en demeure pas moins qu’il est un véritable témoin de son temps. Il a vécu de près les multiples péripéties de l’évolution de la politique sénégalaise, ayant été allié et adversaire de Blaise Diagne, de Galandou Diouf et de Léopold Sédar Senghor, témoin et acteur d’évènements historiques. Par exemple, lors de l’éclatement de la Fédération du Mali, au mois d’août 1960, ou de la crise de décembre 1962. Lamine Guèye n’ayant pas laissé une autobiographie, le colloque offre l’occasion de réfléchir sur les positions qu’il a défendues lors d’évènements marquants pour les Sénégalais et pour les Africains.

Axe 2 : Maître Lamine Guèye, l’avocat défenseur et le juge
De Maître Lamine Guèye, on retient le plus l’Avocat - défenseur. Il fut en effet le premier avocat-défenseur noir près la Cour d’Appel et les tribunaux de l’AOF. Comme tel, Maître Lamine Guèye plaida dans de nombreuses affaires phares de l’époque : procès des tirailleurs sénégalais lors des évènements de Tiaroye, conflit opposant les municipalités de Dakar et Rufisque aux maisons de commerce bordelaises. Parmi les actes majeurs qui ont contribué à forger sa réputation d’Africain au service des bonnes causes, il convient d’intégrer sa solidarité avec des hommes politiques : Amadou Duguay Clédor Ndiaye et Galandou Diouf au Sénégal, les parlementaires malgaches à Tananarive. D’avocat-défenseur, Maître Lamine Guèye a, un moment, troqué sa robe d’avocat contre sa toge de magistrat, comme Président de la Chambre correctionnelle d’Appel de la magistrature en Martinique. Au moment de revenir sur l’histoire de Maître Lamine Guèye, il est donc pertinent de se pencher sur l’origine de ses choix professionnels et ses motivations profondes.

Axe 3 : Maître Lamine Guèye, l’homme d’État
Maître Lamine Guèye est identifié à une certaine idée de la vie publique au Sénégal, pour avoir occupé beaucoup de fonctions au sommet de la République française d’abord, puis du Sénégal ; maire de Saint-Louis (1925-1927) et de Dakar (1945-1961), sous-Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil (1946-1947), député du Sénégal au Palais Bourbon (1945-1951), Sénateur de la Communauté (1958-1959), Président de l’Assemblée Nationale du Sénégal (1961-1968). Malgré ce cursus politique, Lamine Guèye ne semble pas occuper au panthéon de l’histoire du Sénégal, la place qu’il aurait pu revendiquer Il y aurait ainsi une sorte d’énigme Lamine Guèye à résoudre : Quel est le véritable sens du parcours politique de Lamine Guèye ? Pourquoi et comment ce républicain s’est engagé dans la vie politique ? Quelle part lui revient dans la construction de la Nation sénégalaise ?

Axe 4 : Maître Lamine Guèye et la société
Maître Lamine Guèye est connu pour son engagement dans le mouvement associatif avec notamment le Mouvement Jeunes Sénégal et l’Aurore de Saint-Louis. Cet engagement l’a amené, lui Originaire des Quatre Communes, à prendre la défense de la cause des populations noires des colonies françaises. On retient de lui en particulier la loi qui a étendu la qualité de citoyen à l’ensemble des ressortissants des Territoires d’Outre-mer ( Loi du 7 mai 1946) et surtout celle sur l’égalité de traitements et d’avantages à tous les fonctionnaires civils et militaires Outre-mer (Loi du 30 juin 1950), sans distinction de race, de religion, de statut. Maître Lamine Guèye a été aussi précurseur des mouvements féminins en politique (vote des femmes citoyennes en 1945), et en sa qualité de maire de Dakar, il a contribué, de manière significative, à la formation académique de cadres sénégalais en leur octroyant des bourses d’études. Ces actions positives doivent absolument susciter une réflexion sur les rapports entre l’homme politique et la société

Axe 5 : Lamine Guèye, inspirateur ou icône ?
Face à la crise politique et sociale, exacerbée par une perte de repères, notamment parmi la jeunesse sénégalaise et africaine puiser dans le passé du pays les principes et les idées qui ont permis de bâtir une Nation dont les fondamentaux doivent être préservés, est devenu une nécessité. Il convient en particulier dans cette remontée du temps, de penser aux hommes et femmes qui ont incarné ces principes et idées. On a coutume de dire qu’ignorer le passé et ne pas le comprendre obère toute maîtrise du présent et du futur. Maître Lamine Guèye, eu égard à son parcours compte parmi ces hommes dont la vie doit être explorée. Ses amis et sympathisants voient en lui un symbole, et souhaitent que d’autres Sénégalais, voire d’autres Africains, pour lesquels il est moins familier, s’inspirent du modèle qu’il nous offre, puis se l’approprient. D’autres observateurs portent un regard critique sur sa personne, conformément à l’adage wolof gaynde waay, xarum waay »1. (« Lion pour les uns, moutons pour les autres »). Par conséquent, il est juste et pertinent de se questionner sur la nature de l’homme. Lamine Guèye peut-il être une véritable figure d’inspiration pour faire face aux crises multiples que traversent le Sénégal et l’Afrique, voire notre planète ?

Dates à retenir
Le vernissage de l’Exposition aura lieu le lundi 12 novembre à 18 heures
Le colloque se tiendra mardi 13 et mercredi 14 novembre à l’Hôtel Terrou bi à Dakar.
30 juin 2018 : délai de soumission des propositions de communication en français et en anglais
1er octobre 2018 : délai d’envoi du texte de communication

Les amis de l’Association pour la Pérennisation de la Pensée et de l’Œuvre du Président Lamine Gueye, les parlementaires, les juristes, les universitaires, et autres experts intéressés sont cordialement invités à cette manifestation.

Les principes régissant les communications sont les suivants :
1. Les personnes qui souhaitent participer au Colloque (Dakar, Terrou Bi, 13 et 14 novembre 2018) sont encouragées à s’inscrire. Être inscrit donne la possibilité de recevoir les informations et documents préparatoires du Colloque. Aucun droit d’inscription ne sera exigé des participants.
2. Les communications retenues par le Comité scientifique, soumises en format Word, avec références et bibliographie, sur support papier et/ou électronique, seront publiées dans les actes du Colloque de la Commémoration du cinquantenaire de la disparition de Maître Lamine Guèye. Un résumé des communications en 300 mots, accompagné d’une notice biographique de 100 mots, doit parvenir au Secrétariat du Colloque le 30 juin 2018 au plus tard.
3. Les auteurs des communications écrites soumettront la version originale et non publiée de leur texte d’au plus 7000 mots, au plus tard le 1er octobre 2018
4. Les communications écrites seront soumises, autant que possible, par voie électronique à l’adresse suivante : mbaye.saliou@gmail.com.
Les dispositions seront prises par le secrétariat du colloque pour collecter les communications qui ne peuvent pas être envoyées par la voie électronique. Les personnes intéressées peuvent envoyer un message électronique au secrétariat du colloque pour les dispositions à prendre à cet effet.
5. Les auteurs des communications écrites inscrites sur le programme recevront ledit programme avant l’ouverture du Colloque. Les autres participants au Colloque recevront le programme final à l’ouverture du Colloque.
Les documents du Colloque et toutes autres informations sont disponibles sur simple demande au secrétariat du Colloque : Mbaye Laye Mbengue : baye@maximizgroup.com

Prise en charge des participants :
Les personnes qui souhaitent participer à la Commémoration du Cinquantenaire doivent préciser :
- si elles ont la possibilité, soit par elles-mêmes, soit par leur institution de rattachement, de se prendre totalement en charge (billet d’avion et frais de séjour)
- si elles ont besoin d’une prise en charge partielle (billet ou séjour)
- si elles ont besoin d’une prise en charge totale (billet et séjour)
En tous les cas, l’Organisation offre le déjeuner quotidien et assure le transport local de l’aéroport à l’hôtel et de l’hôtel au lieu du colloque.
Cependant la situation financière étant difficile, il est à craindre que l’Organisation ne puisse assurer la prise en charge des voyages internationaux.

Comité scientifique
Yoro BA, écrivain, administrateur de société
Hamet BA, conservateur documentaliste, Directeur-Conseiller DG/RTS (Radiodiffusion Télévision Sénégalaise) au Patrimoine Audiovisuel
Alioune BADIANE, artiste, Académie internationale des Arts (AIA)
Mamadou BADJI, professeur, doyen de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques-UCAD
Adrien Ndiouga BENGA, professeur, département Histoire, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, UCAD
Amadou Abdoulaye DIOP, professeur, Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (UCAD)
Anta Germaine GAYE, artiste plasticienne
Babacar DIOP Buuba, professeur d’histoire ancienne, ancien médiateur de l’UCAD
Magueye KASSE, professeur des Universités au Département de Langues et Civilisations Germaniques, UCAD
Abdoulaye Elimane KANE, professeur de philosophie, Université Cheikh Anta Diop, Dakar
Saliou MBAYE, archiviste-paléographe, professeur Université Cheikh Anta Diop, Ancien Directeur des Archives du Sénégal
Penda MBOW, Ministre-Conseiller, professeur département d’histoire, UCAD
El Hadji Ibrahima NDAO, historien
Waly NDIAYE, conservateur documentaliste
Ahmeth NDIAYE, professeur d’archivistique, Directeur du Laboratoire de Science de
l’information et de la communication (LARSIC), EBAD/UCAD
Atoumane NDIAYE, conservateur documentaliste
Raphaël NDIAYE, Directeur Général Fondation Léopold Sédar SENGHOR
Bouna Semou NDIAYE, Communauté africaine de culture/section sénégalaise (CACSEN)
Marthe NDIAYE, documentaliste, Radiotélévision du Sénégal
Babacar NDIAYE, conservateur d’archives, ancien directeur des Archives du Sénégal
Fatou Kiné SENE, journaliste, membre de la CACSEN
Madeleine Devès SENGHOR, juriste, membre de la CACSEN
Cécile SOW, journaliste, directrice LAZULIU Communication
Alpha Amadou SY, philosophe–écrivain Président de la CACSEN
Atoumane Ndiaye Doumbia, conservateur d’archives

Comité d’organisation
L’Association pour la Pérennisation de la Pensée et de l’Œuvre du Président Lamine Guèye
Le Président du Comité scientifique :
Professeur Saliou MBAYE

Nous tenons à remercier vivement et chaleureusement Ahmeth Ndiaye et Saliou Mbaye pour nous avoir communiqué ces informations tant précieuses.