Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître La dimension religieuse de la guerre d’Algérie (1954-1962). (...)

Vient de paraître La dimension religieuse de la guerre d’Algérie (1954-1962). Prémices et conséquences de Roger Vétillard aux ÉditionsAtlantiS

Le 6 décembre 2018 à 08h38

Vient de paraître La dimension religieuse de la guerre d’Algérie (1954-1962). Prémices et conséquences de Roger Vétillard aux ÉditionsAtlantiS, coll. "France-Algérie", 2018, 190 p. ISBN : 9783932711596 Prix : 22 €.
Préface de Gregor Mathias.


"L’arabo-islamisme dans la guerre d’Algérie. La guerre d’Algérie (1954-1962) a revêtu une dimension religieuse qui a été manifestement négligée ou même ignorée par les historiens de tous bords qui ont choisi de l’étudier à l’aune d’une vision anticolonialiste ou anticommuniste. Et pourtant, le 1er novembre 1954, le Front de libération nationale (F.L.N.) ouvre les hostilités avec un objectif bien paradoxal : "la restauration de l’État algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques". Le 20 août 1956, le congrès de la Soummam entérine ces contradictions fondamentales entre l’unanimisme autoritaire de l’islam et l’individualisme foncier de la démocratie libérale. De fait, le F.L.N. aura, tout au long de ce conflit, un double discours : - celui qui utilise l’arme de la religion, seul lien unificateur entre les musulmans algériens, pour les entraîner dans une véritable guerre sainte ("djihad") contre l’occupant "mécréant" ; - un autre, plus policé, volontiers socialisant, à destination des pays socialistes et des intellectuels de gauche qui semblent tous n’y avoir vu que du feu. Roger Vétillard analyse les identités et les stratégies respectives des principaux acteurs qui ont réussi à la fois à imposer et à cacher leur vision islamique et panarabe de la future Algérie algérienne - et cela en marginalisant ou éliminant tous ceux qui lui ont été hostiles. Cette remarquable étude, Roger Vétillard l’a dédiée à son confrère Gilbert Meynier. Elle témoigne d’une amitié singulière entre deux historiens si différents, le "militant anticolonialiste" que fut G. Meynier, et R. Vétillard, ce "Français d’Algérie qui assume son passé". Dans sa préface, G. Mathias indique que les arguments et documents recueillis par R. Vétillard montrent l’extrême importance de l’islam comme "ciment fédérateur" et ressort mobilisateur dans ce véritable "djihâd" contre ces "mécréants" qui n’avaient rien à faire en "terre d’islam" (Dar al islam). "



Roger Vétillard est né en Algérie. Après une carrière médicale hospitalière et universitaire consacrée à la pneumologie et à la cancérologie, il s’est investi dans l’histoire de son pays natal. Il a publié plusieurs ouvrages qui sont autant de références dont Sétif, Guelma, Mai 1945 massacres en Algérie et 20 août 1955 dans le nord-constantinois, un tournant dans la guerre d’Algérie ?.