Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître Travail forcé et mobilisation de la main-d’œuvre au Sénégal. (...)

Vient de paraître Travail forcé et mobilisation de la main-d’œuvre au Sénégal. Années 1920-années 1960 de Romain Tiquet aux Presses Universitaires de Rennes

Le 7 mars 2019 à 21h53

Vient de paraître Travail forcé et mobilisation de la main-d’œuvre au Sénégal. Années 1920-années 1960 de Romain Tiquet aux Presses Universitaires de Rennes, coll. "Histoire", 2019, 288 p. ISBN : 978-2-7535-7610-0 Prix : 26 €.
Avec une préface d’Alexander Keese et une postface d’Andreas Eckert.


« Le travail forcé apparaît comme l’un des aspects les plus caractéristiques de la violence du moment colonial sur le continent africain mais n’a paradoxalement fait l’objet que de peu de réflexions détaillées.
À travers l’analyse de plusieurs formes de recrutement forcé au Sénégal et en Afrique occidentale française (AOF), ce livre entend illustrer l’obsession coloniale de mise au travail et d’ordre social.
À partir d’archives administratives inédites, d’articles de presse et d’entretiens oraux, ce livre propose une histoire sociale du travail forcé en Afrique de l’Ouest. Il s’intéresse aux multiples acteurs qui ont modelé et adapté au quotidien la politique économique des autorités : populations réagissant au travail forcé, chefferies locales en charge du recrutement des travailleurs ou encore planteurs privés.
En proposant une chronologie allant des années 1920 à la fin des années 1960, cet ouvrage rompt avec l’historiographie usuelle du travail en Afrique de l’Ouest qui envisage l’abolition du travail forcé en 1946 comme une rupture formelle. Cette date symbolique s’inscrit dans un cycle historique plus long qui permet de penser en termes de permanences et de continuités dans les discours et les formes coercitives de mobilisation de la main-d’œuvre sur le continent.
À la croisée de l’histoire du travail, de l’Afrique et du fait colonial, ce livre propose une réflexion renouvelée de la « mise en valeur » des territoires coloniaux. Il interroge dans le même temps l’impact du travail forcé sur la rhétorique et les pratiques de mobilisation de la main-d’œuvre des élites postcoloniales au lendemain de l’indépendance du Sénégal en 1960. »



Romain Tiquet (https://twitter.com/rteki1), après avoir réalisé sa thèse en histoire de l’Afrique à l’université Humboldt de Berlin, est actuellement chercheur postdoctoral au département d’Histoire de l’université de Genève.