Accueil > Actualités ultramarines > À paraître Aux origines du sida. Enquête sur les racines coloniales d’une (...)

À paraître Aux origines du sida. Enquête sur les racines coloniales d’une pandémie de Jacques Pépin au Seuil

Le 12 septembre 2019 à 08h02

À paraître (3 octobre 2019) Aux origines du sida. Enquête sur les racines coloniales d’une pandémie de Jacques Pépin au Seuil, 2019, 496 p. ISBN : 9782021417005 Prix : 24,90 €.

"L’histoire du sida ne commence pas avec sa découverte en 1981. Elle débute aux alentours de 1921, quelque part entre les forêts du sud-Cameroun et le pool du fleuve Congo, dans les territoires contrôlés par la France et la Belgique. Elle implique un chimpanzé et un chasseur maladroit, des entreprises avides et une main-d’œuvre surexploitée, des médecins déterminés à éradiquer les endémies infectieuses d’Afrique centrale à travers des campagnes de lutte aussi ambitieuses qu’imprudemment menées, des hommes célibataires massés dans une ville-champignon gérée comme un camp de travail, des « femmes libres » sombrant dans une prostitution à haut risque alors que l’accession mouvementée de l’ex-Congo belge à l’indépendance en 1960 précipitait la débâcle économique du pays.
Sans la conjonction tragique de ces circonstances et les péripéties ultérieures qui ont entraîné, via Haïti, l’exportation du pathogène puis la globalisation du VIH, l’infection d’un individu par ce virus d’origine simienne n’aurait, à l’instar de ses antécédents probables au cours des siècles, jamais enclenché une telle chaîne de transmission dans notre espèce. Fondé sur des recherches épidémiologiques et une enquête historique inédites, cet ouvrage retrace pour la première fois de manière probante l’enchaînement des événements qui ont conduit à la pire pandémie de l’époque récente.
Près de quarante millions de morts plus tard, l’effarement que suscite la lecture de ce récit tient moins, rétrospectivement, à la nature imprévisible du désastre humain qu’il décrit qu’à son caractère évitable."

Infectiologue et épidémiologiste, Jacques Pépin a commencé sa carrière de médecin dans un hôpital de brousse du Zaïre avant de devenir professeur au Département de microbiologie et de maladies infectieuses de l’Université de Sherbrooke.