Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de (...)

Vient de paraître Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de l’ancien royaume du Dahomey de Stanley B. Alpern chez L’Harmattan

Le 21 mars 2015 à 17h00

Vient de paraître Les Amazones de la Sparte noire. Les femmes guerrières de l’ancien royaume du Dahomey de Stanley B. Alpern chez L’Harmattan, 2014, 340 p. ISBN : 978-2-343-04802-4 Prix : 32,78 € (existe aussi en version électronique).
Traduit en français par Christiane Owusu-Sarpong


"La femmes guerrières du Dahomey, royaume ouest-africain des dix-huitième et dix-neuvième siècles, sont les seules amazones sur lesquelles existent des documents historiques rigoureux et précis. Les habitants du Dahomey. qu’on surnomma jadis « la petite Sparte noire » avaient en commun avec les Spartiates un militarisme et un sens du collectivisme intenses. Les femmes de ces deux royaumes s’enorgueillissaient de posséder un corps endurci depuis l’enfance par un exercice rigoureux. Les femmes spartiates entretenaient leur forme physique afin d’engendrer des guerriers ; les amazones du Dahomey, cependant, s’entraînaient à les tuer.
Si, à l’origine, les amazones du Dahomey constituèrent les gardes du palais royal. à partir des années 1760, elles s’étaient transformées en troupes professionnelles, armées principalement de mousquets, de machettes et de massues. À partir des années 1840, leur nombre avait atteint la six mille. Les amazones étaient encadrées par des femmes officiers ; elles possédaient leurs propres fanfares. drapeaux et insignes. Elles s’entraînaient, tiraient et se battaient mieux que les hommes, si bien qu’elles combattirent en première ligne, avec courage et ténacité, jusqu’au moment où le royaume fut vaincu par la France, en 1892.

Cet ouvrage est la traduction de la seconde édition, mise à jour et augmentée d’une nouvelle préface, d’Amazons of Black Sparta de Stanley B. Alpern. Il est le fruit à la fois d’un travail d’archives méticuleux et du savoir-faire narratif de son auteur. Il constitue le récit le plus complet et le plus accessible. à l’heure actuelle, sur les femmes guerrières du Dahomey."

Stanley B. Alpern fut d’abord sectaire de réfaction du New York Herald Tribune. Il entra ensuite au service diplomatique américain, travaillant au sein de l’Agence d’information des États-Unis durant vingt-deux ans - en particulier en Afrique de l’Ouest tardant cinq ans. Il vit à présent sur la Côte d’Azur.