Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître L’île aux trois noms. Hispaniola, Saint-Domingue et Haïti. (...)

Vient de paraître L’île aux trois noms. Hispaniola, Saint-Domingue et Haïti. Cartes et plans du XVIe au XVIIIe siècles de Bernard Gainot, Élie Lescot Jr et Caroline Seveno aux éditions La Geste (coll. "Presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine")

Le 30 décembre 2021 à 15h57

Vient de paraître L’île aux trois noms. Hispaniola, Saint-Domingue et Haïti. Cartes et plans du XVIe au XVIIIe siècles de Bernard Gainot, Élie Lescot Jr et Caroline Seveno aux éditions La Geste, coll. "Presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine", 2021, 148 p. ISBN : 979-10-353-1157-5 Prix : 30 €.
Avec une préface de Jean-Marie Théodat (https://twitter.com/jmtheodat). Avec un soutien de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (https://twitter.com/IHMCUMR8066) (université Paris1, ENS Rue d’Ulm, CNRS UMR 8806.)


"Un recueil de plus de cent cartes géographiques anciennes, qui illustrent l’évolution des contours, du tracé, des souverainetés qui se partagent l’île de Saint-Domingue durant trois siècles.
La présente collection offre un aperçu d’un travail cartographique, qui révèle la régression de la discipline géographique aux XIXe et XXe siècles. La carte est un outil précieux qui aide à la prise de décision en matière d’administration et d’organisation d’un territoire. Les cartes produites entre le XVIe siècle et jusqu’au début du XVIIIe siècle nous montrent une île aux côtes déchiquetées, hachées, très accidentées. Cela pose bien entendu la question de l’échelle et de l’abstraction nécessaires dans la production cartographique. La cartographie a connu son apogée, en Haïti, sous l’Ancien Régime, entre le XVIe et le XVIIIe siècles, au moment où la mise sous coupe réglée de la Caraïbe par les Européens donna lieu à une production qualitativement et quantitativement impressionnante. Les progrès réalisés sur deux siècles témoignent à la fois de la meilleure connaissance du pays par les colons et d’une plus grande précision des outils de la représentation."



Caroline Seveno (https://twitter.com/CarolineSeveno) est Docteur en histoire. Après ses études, dont son doctorat, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, elle rejoint l’université des Antilles et de la Guyane en 2010 en tant qu’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherches. Elle dirige aujourd’hui l’Encyclopédie des îles de Guadeloupe et est Maître de Conférences Associée à la faculté Roger Toumson, UFR des humanités caribéennes de l’université des Antilles. Spécialiste de la cartographie de l’espace caribéen entre les XVIe et XVIIIe siècles, elle collabore régulièrement à des revues scientifiques et des colloques. Ses travaux actuels portent sur les signes de résistances à la colonisation et sur l’histoire de l’aménagement des territoires antillais, principalement à travers les documents cartographiques de l’époque.
Élie Lescot Jr, chimiste de formation, docteur de l’Université de Paris, chercheur au CNRS à la retraite. Il a passé sept années à l’UNESCO. Il est co-auteur de plusieurs articles publiés dans diverses revues scientifiques tant françaises qu’étrangères. Il a obtenu le prix Lucien de Reinach 2005 de l’Académie des Sciences Morales et Politiques pour son livre Haïti - Images d’une colonisation - 1492-1804 (Orphie, 2004).
Bernard Gainot est maître de conférences honoraire en histoire moderne à l’Université PARIS I Panthéon-Sorbonne, chercheur associé à l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine. Professeur associé aux Écoles militaires de Saint-Cyr-Coëtquidan de 2008 à 2012. Ses domaines de recherches sont l’histoire des sociétés coloniales de la période moderne, l’histoire des conflits dans les espaces coloniaux, l’histoire politique de l’Europe méditerranéenne.


Document et annonce aimablement diffusés par Bernard Gainot que nous saluons chaleureusement !